Catégories

Recherche dans Blog

Information

Fabricants

Un stroboscope de spectacle

Un stroboscope de spectacle

 (6)    0

  IDEE DE MONTAGE ELECTRONIQUE, SCHEMA, PROJET

A quoi ça sert ?

Le stroboscope, vous le savez depuis votre dernier cours de physique, per­met de décomposer artificiellement un mouvement grâce à un éclairage réalisé à un rythme régulier.
L'amateur électronicien peut être amené à réaliser deux types différents de strobo­scopes : celui à usage automobile, qui per­met de régler avec un maximum de préci­sion l'avance à l'allumage d'un moteur, et celui à usage de spectacle qui permet de donner l'illusion d'un mouvement saccadé des danseurs.
C'est un stroboscope de ce dernier type que nous vous proposons de réaliser au­jourd'hui car, si ce montage est relative­ment simple, on le rencontre de plus en plus rarement dans les revues et publica­tions d'électronique.


Comment ça marche ?
Le schéma
Le constituant essentiel d'un stroboscope est le tube à éclats. Ce tube, généralement en forme de U renversé, produit un très violent éclair lumineux lorsqu'il est ali­menté sous haute tension et qu'il reçoit sur une électrode spéciale une impulsion de déclenchement de forte amplitude.
Notre montage est alimenté directement par le secteur qui est redressé puis filtré par C1. On dispose ainsi aux bornes du tube d'un peu plus de 300 V. Cette tension charge C2 à vitesse variable en fonction de la position de P1 qui constitue le réglage de vitesse.
Lorsque la tension aux bornes de C2 est suffisante, elle amorce le diac D5 qui amorce à son tour TR, ce qui décharge C3 dans le primaire du transformateur d'impulsion T1. Une impulsion de haute tension est alors générée, le tube s'allume, ce qui décharge C1 et le processus recom­mence.

La réalisation
Elle ne présente pas de difficulté mais veillez à acheter le tube à éclat en même temps que son transformateur d'impul­sion, ils seront ainsi adaptés l'un à l'autre.Faites-vous également préciser le brochage de ce transformateur dont de très nom­breux modèles existent sur le marché. Le montage étant relié directement au sec­teur, il faudra impérativement utiliser un boîtier isolé pour le recevoir et faire en sorte que les parties dangereuses soient inaccessibles. Pour cette même raison, vous choisirez pour P1 un potentiomètre à axe en plastique.
Lors du montage du tube, veillez à orien­ter correctement celui-ci. Les électrodes extrêmes ne sont pas symétriques. Cer­tains tubes possèdent un point rouge ou un signe + à relier à la borne de même nom du montage. Le fonctionnement est immédiat dès que la dernière soudure est effectuée mais, en cas de problème, prenez la précaution de débrancher totalement le stroboscope du secteur. Attendez plusieurs dizaines de se­condes, le temps de laisser C1 se déchar­ger, avant de mettre les mains sur le cir­cuit pour faire des mesures. Rappelons également que l'usage du stro­boscope doit être modéré, ce qui est ce­pendant loin d'être le cas dans de nom­breuses boîtes de nuit, car, à forte dose, il a été démontré qu'il pouvait produire des troubles nerveux.

Nomenclature des composants

•RÉSISTANCES
- R1 : 1kr / 10W
- R2, R3, R4:100 kr 1/4W 5%
• CONDENSATEURS
- C1 : 10 pF/400 V chimique axial
- C2 : 10 MF/63 V chimique radial
- C3 : 0,1 MF / 400V mylar
• SEMI-CONDUCTEURS
- D1 à D4: 1N4007
- D5 dïac 32V
- TR : triac 400V 4A ou plus
•DIVERS
- P1 : potentiomètre rotatif de 470 kr linéaire .
- T1 : transformateur de déclenchement pour tube à éclats
- Tube à éclats

 (6)    0

Votre commentaire a été envoyé avec succès. Merci pour commentaire!
Laissez un commentaire
Captcha