Catégories

Recherche dans Blog

Information

Promotions

Meilleures ventes

Fabricants

Témoin secteur sans fil

Témoin secteur sans fil

 (2)    0

  IDEE DE MONTAGE ELECTRONIQUE, SCHEMA, PROJET

Témoin secteur sans fil
A quoi ça sert?
Le titre de ce montage peut vous sembler curieux, tout autant que le schéma d'ailleurs, vu son extrême dénuement. Et pourtant, ce mon­tage peut rendre de grands services à de nombreux bricoleurs mais aussi à des monteurs électriciens du bâtiment et à tous ceux qui font de la rénovation d'installations électriques domestiques. De quoi s'agit-il exactement ? Supposons que vous souhai­tiez munir un interrupteur d'éclairage de votre domicile d'un témoin, pour éviter, par exemple, d'oublier la lumière allumée (cave, escalier, gre­nier, éclairage extérieur, les exemples ne manquent pas). La seule et unique solution tra­ditionnelle en électricité du bâtiment né­cessite impérativement l'ajout d'un fil au niveau de l'inter­rupteur. Si la construction est neuve et que cela soit prévu d'origine, ce n'est pas un pro­blème (si ce n'est le prix du fil !). En construction ancienne, en rénovation ou tout simple­ment parce qu'on ne l'a pas prévu d'origine, c'est une au­tre affaire. En effet, s'il reste parfois la solution de tirer un fil supplémentaire dans une gaine existante, c'est bien souvent une solution hasar­deuse, surtout si la gaine en question comporte un ou plu­sieurs coudes.

Notre montage apporte une solution très élégante à ces problèmes, car il ne né­cessite aucun fil supplémen­taire et pourtant il fonctionne. Nous sommes d'ailleurs sur­pris de ne pas le voir encore commercialisé dans les magasins du bricolage, car il rend vraiment de fiers services. Mais qui sait ? Après la publication de cet article...

Le schéma
Le principe est très simple et consiste à produire une chute de tension grâce au courant de l'appareil alimenté ; cette chute de tension n'ayant évi­demment lieu que lorsque ce dernier fonctionne. Afin que cette chute de tension soit aussi faible que possible pour ne pas perturber l'appareil alimenté mais soit aussi constante que possible quel que soit le courant consommé, nous avons utilisé trois diodes montées en série. A leurs bor­nes, on dispose ainsi d'envi­ron 2 V pour un courant consommé variant de 10 mA à 1 A. Comme nous travaillons ici en alternatif et que nous voulons récupérer une tension continue, la diode D4 montée tête-bêche rend le montage inopérant pour une demi-alternance.

Aux bornes de nos trois dio­des, nous avons tout simple­ment monté une LED rouge (ce sont celles qui se satisfont de la plus faible tension) avec une résistance série de limita­tion de courant.
L'utilisation d'une LED rouge de 3 mm de bonne qualité (version haute luminosité si possible) permet, malgré le courant relativement faible disponible, d'obtenir un voyant bien visible.

La réalisation
Un circuit imprimé minuscule, afin de pouvoir se loger faci­lement dans un interrupteur mural normalisé, supporte tous les composants, LED com­prise.
On veillera, lors de son câ­blage, à la bonne orientation de toutes les diodes et de la LED.
Son intégration dans un boî­tier d'interrupteur mural est très facile. Sa fixation se fait simplement par les fils rigides de câblage.
Le fonctionnement est assuré dès lors que l'équipement ali­menté ne consomme pas plus de 1 A, ce qui est le courant maximal admis par les diodes. Une réalisation identique est possible pour des courants jusqu'à 3 A, en utilisant des diodes de la série 1N5400. Au-delà, le montage est tou­jours possible, mais l'encom­brement des diodes à fort courant devient vite prohibitif.

Nomenclature des composants

D1, D2, D3, D4 : 1N4007
LED: LED rouge de 3 mm
Résistance 1/4 W : R1 :22R

 (2)    0

Votre commentaire a été envoyé avec succès. Merci pour commentaire!
Laissez un commentaire
Captcha